Jamais sans mon doudou !

A la naissance de BN, je ne mesurais pas encore toutes les angoisses que j’allais endurer au sujet de mon bébé tout neuf. Au début, je m’inquiétais parce qu’il ne grossissait pas, parce qu’il ne tètait pas, parce qu’il ne dormait pas, parce qu’il pleurait, parce qu’il était malade… Des inquiétudes du quotidien. Mais il est une inquiétude que je ne soupçonnais pas et qui me hante chaque jour (x3 en plus) : L’angoisse de PERDRE LE DOUDOU !!

Ce doudou, une aventure à lui tout seul !!! BN a mis 1 an avant de s’attacher à un doudou en particulier. Jusqu’à ses 1 an, il traînait parfois un lapin multicolore dans son sillage. Roméo et moi, en parents néophytes, avons eu l’EXCELLENTE idée de lui chercher le double de ce doudou « en cas de perte ». Mais (en parents néophytes je te dis !) nous avons laissé traîner les DEUX doudous ensembles. Petit BN les a vu et les a aussitôt délaissé. BIM, un doudou acheté pour rien. Il a préféré jeter son dévolu sur le doudou qui deviendrait SON compagnon : un ours gris. En parents néophytes-et-mazo-qui-ne-tirent-pas-de-leçons-de-leurs-erreurs attentionnés, nous avons attendu de savoir que l’ours gris était le bon pour lui trouver son jumeaux… « en cas de perte ». BIM BAM… Le second doudou fut aussitôt baptisé le faux doudou par notre petit bonhomme qui parlait à peine et n’est rien d’autre que décoratif aujourd’hui. Il possède donc aujourd’hui le doudou-tout-doux-et-tout-propre, ainsi que son jumeaux-maléfique-qui-sent-mauvais @LE VRAI DOUDOU !!

On ne nous y reprendra plus !!

Rebelle a aussi mit 1 an avant de s’attacher à son doudou. Mais cette fois, nous étions plus aguerris, Roméo et moi. Nous avons juste ATTENDU de voir si elle choisirait un doudou. Ce fut Lola, la girafe blanche, rose et violette, choisis par son frère à sa naissance. Pour la petite anecdote, BN surnomma sa soeur « Lola » les premiers mois de sa vie. C’est mignon !! Nous avons toujours appelé cette peluche Lola, comme son nom est joliment inscrit dessus. Mais depuis qu’elle se fait comprendre, notre petite Rebelle préfère appeler sa girafe « doudou », comme son frère. Pratique !

BabyRose a été la plus précoce. Dès ses 2 mois 1/2 elle s’est entiché d’une souris rose (« Pff maman tu n’as pas vu ses longues oreilles ?! C’est un lapin !! » « … En effet mon coeur…autant pour moi… d’un lapin rose »). Elle le traîne partout, ne le lâche jamais et nous le fourre parfois sous le nez sans aucune intention de nous le donner. Est-ce qu’on doit juste l’admirer ? Le respirer (hum… la bonne odeur du doudou mâché, remâché, macéré dans la salive de bébé !) ? Toujours est-il qu’elle semble avoir une devise : Jamais sans mon doudou !. Dès qu’elle était bébé, ce doudou était la meilleure chose qui pouvait l’apaiser et l’aider à trouver le sommeil.

Leur attachement au doudou est très différent. BabyRose semble être la plus adicte et Rebelle la plus indifférente. Elle aime sa Lola, pardon son « doudou », mais est parfaitement capable de s’endormir sans. Chose tout à fait impossible pour son frère et, semble-t-il (nous n’avons jamais osé essayer en fait) pour sa petite sœur.

Leurs doudous est leur meilleur ami, leur confident, leur exutoire. Ils leurs parlent, leurs confient leurs secrets, les punissent, le câlinent…

Devant ce phénomène, l’angoisse de ma vie (ou presque) est de perdre un jour ces doudous IRREMPLAÇABLES !

Episode 1 : Le doudou oublié …
Nous avons déjà vécu l’oubli du doudou, qui en soit peut déjà tourner au drame : Un 24 décembre, nous devions dormir chez mes beaux-parents. Je me souviens que sur la route qui nous menait chez eux, alors que nous étions déjà très (très) en retard, brusquement… Roméo s’est tourné vers moi

« LE DOUDOU !!!!! »…

Nous nous sommes regardés (enfin Roméo conduisait et regardait la route, mais c’est tout comme) et l’horreur est passé dans nos yeux. Grand moment de flottement. Nous nous sommes posée LA question existentielle :

« Est-ce qu’on fait demi-tour, au risque d’être encore plus en retard ? Est-ce qu’on tente la nuit sans le doudou ? »

Finalement nous sommes joueurs et fous (et flemmards). Nous avons tenté la nuit sans doudou. Heureusement pour nous, ce soir là (ou plutôt ce matin du 25 décembre) BN était tellement fatigué que nous l’avons fourré dans son lit, un doudou lambda dans le bras… il n’a rien calculé. Le lendemain il n’a pensé qu’à ses nouveaux jouets et le soir il a retrouvé son doudou à la maison comme si de rien n’était.

Episode 2 : Le doudou mouillé !
Un autre jour, alors qu’il venait de sortir de son bain, BN a voulu expérimenter un problème de mathématiques : Qu’advient-il lorsqu’un doudou de 80g est lâché d’une hauteur de 30 centimètres dans une baignoire de 150 litres remplie au quart ?. Réponse :

« Oh non ! Doudou est complètement trempé chéri ! Tu vas devoir dormir SANS ! »

Mauvaise réponse ! Nous avons eu droit à une crise de larmes pendant de très longues minutes, durant lesquelles nous l’avons mis sur un radiateur à peine tiède (le doudou, pas mon fils), puis séché au sèche-cheveux… avant de capituler. Le doudou tout trempé à rejoint son propriétaire dans le lit.

Episode 3 : Le doudou caché !
Il y’a souvent eu le coup du doudou caché, la bonne blague du soir :

« Allez, au lit BN / Rebelle… Mais où est doudou ?! »

La panique s’emparait alors de nous, allions nous retrouver le doudou ?!! A l’heure où les parents ont très envie de se débarrasser enfin des enfants pour souffler un peu (Je te conseille de relire vis ma vie si tu n’as pas suivi le rythme infernal d’une maman), nous devions retourner toute la maison pour retrouver enfin le doudou dans un lieu souvent insolite.

Mais récemment, c’est Rebelle qui nous a réclamé son doudou à l’heure du coucher. Et cette fois, impossible de le retrouver. LE DRAME ! Nous avons alors fait la morale à notre fille. Il ne fallait pas cacher doudou, elle devrait s’en passer pour dormir, tant pis pour elle.

Avec ses yeux sévères et sa petite mine butée, notre Rebelle s’est couchée sans broncher… et contre toutes attentes, s’est endormie rapidement !

Quelques minutes plus tard, à tout hasard, j’ai demandé à BN s’il savait où trouver le doudou Lola. « Bien sûr maman, elle l’a caché sous le lit de Babyrose ! » Evidemment ! J’aurais du penser à jouer les contorsionnistes sous les lits, quelle étourdie je fais !

Parfois Roméo et moi échangeons des textos pleins d’amour et de tendresse :

« Ne t’inquiète surtout pas, j’ai le doudou de Rebelle avec moi au travail (elle est sortie de la maison avec ce matin, sans que je m’en aperçoive). »

Je t’assure que la disparition d’un doudou peut provoquer, AU MIEUX, des palpitation au parent !! Ne parlons pas du pire. Il vaut mieux être au courant ! J’appréhende l’arrivée de ma BabyRose, l’adicte du doudou, lorsqu’elle pourra le promener partout indépendamment de notre volonté. Ne parlons même pas des voyages où le doudou est indispensable pour les siestes et les moments de calme, mais où il risque de disparaître à chaque arrêt / escale / gare… Pire qu’un enfant, nous voulons savoir où sont les doudous, tout le temps. Je devrais les faire pucer, pour ma santé mentale !

Et chez toi, ça se passe comment avec les doudous ?

Babyrose
Babyrose
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s