On fait l’école buissonnière

Publié le Mis à jour le

Depuis deux jours, le maître de BN est malade, je le garde donc à la maison. Et c’est bien connu des parents, un petit garçon de 4 ans ne peut pas passer une journée entière à la maison. Il a besoin de se défouler, de courir, de crier et de s’exciter un peu. Hier, j’ai sorti la carte du jardin d’enfant (prévisible), puisqu’il faisait beau. Il était avec une petite copine que je gardais aussi (hier j’étais une nounou d’enfer). Mais j’avais envie de changer un peu d’activité pour cette deuxième journée.

Comme il était prévu que je garde aussi Rebelle. J’ai donc décidé de tester la ludothèque de mon quartier.

Avant ce matin, je n’avais jamais mis les pieds dans une ludothèque, je ne savais donc pas bien à quoi m’attendre. J’avais eu quelques échos par la nourrice de Rebelle, nounou C. C’est elle qui m’a incité à franchir le pas.

Ce matin donc, direction la ludothèque avec un BN plus que ravi « Rebelle, j’ai une bonne nouvelle à t’annoncer ! Ce matin nous allons à la ludothèque ! » (Avant aujourd’hui, sache qu’il n’est jamais allé dans une ludothèque lui non plus, ça ne devait pas être très clair dans sa petite tête. Il était pourtant tout fou) et une Rebelle raisonnablement contente (un peu blasée peut-être puisqu’elle y va toutes les semaines).

Après 15 mn de marche, nous sonnons à la grille et nous sommes reçus par la responsable du lieu (puéricultrice ? Assistante maternelle ?) Chantal. Elle nous dirige dans une première salle, remplie de jeux en bois : jeux d’imitation, jeux de société, jeux d’adresse… Rebelle, qui connait bien le lieu, se met à sautiller partout et sortir tous les jouets.

« T’a maillade maman ? » (Hop, la malette de docteur est sortie)
« T’in maman, une pizza. » (… Une tarte aux fraises donc)

Elle est insatiable, allant même jusqu’à se disputer avec un petit garçon qui avait le malheur de convoiter le même jeu qu’elle (jeu abandonné au bout de 30 secondes).

Mon BN est beaucoup plus sur la réserve. « Je peux jouer avec ça maman ? » « Oui mon cœur, tout est à ta disposition. » « Et avec ça ? » « Oui mon coeur… » « Et ça ? » « … » (Je rappelle que l’une de mes rares résolutions de cette année est de gagner en patience… ça me semble primordiale !) « Viens avec moi s’il te plait ! ».

Il finit par s’attarder sur un circuit de voiture puis sur trois / quatre jeux de société, n’oubliant pas de bouder avec application lorsque Chantal tente de lui expliquer l’un des jeux.

Nous étions les premiers, nous sommes vite rejoint par deux mamans et une mamie.

Une heure après, Chantal nous mène dans une autre salle, plus grande, partagée avec la crèche voisine (et donc jusque là fermée au public). Ici on trouve des tapis épais, un château en mousse, une sorte de cheminée en mousse également, ouverte à son sommet, quelques jeux en bois, un petit mur d’escalade en haut duquel trône une cloche, des cerceaux, un tunnel en tissu pop-up…

Une furie déboule dans la salle en sautant partout avec un rire hystérique. « Etaye.de.m’att’aper.BN !! » et son frère joue le jeu avec délice, courant et se jetant partout. Ils sonnent la cloche du mur d’escalade, une fois, deux fois, trois fois, sans cesse. Ils se jettent dans la cheminée qui fait un cocon douillet, papillonnent d’un jeu à l’autre, se passionnent 2 minutes pour un petit parcours en bois, sautent dans un parcours de cerceaux…

Dans une salle voisine se déroule un atelier : quelques mamans confectionnent avec leurs enfants des masques de carnaval. J’aurais volontiers participer à l’activité, mais mon boudeur refuse. Tant pis, nous restons dans la salle aux tapis.

Aux environs de 11h, après deux heures de défoulement gratuit (GRATUIT, oui messieurs-dames !), je décide qu’il est temps de rentrer.

Les enfants, eux, décident du contraire.

Eux contre moi… et devine qui va gagner ? Moi heureusement, mais en me tapant une honte intersidérale.

« BN, Rebelle, venez ici, on y va… »
« Ahaha ! Essaye de m’attraper !! » crie-t-il en s’enfuyant à l’autre bout de la pièce.
« BN, tu es grand, montre l’exemple s’il te plait ! » (Lueur d’espoir qu’il réponde positivement…)
« Ahaha ! Tu ne m’attraperas pas maman !!! »

Là, un regard circulaire m’apprend que les autres mamans me regardent du coin de l’oeil, tandis que leurs fistons et fifilles chéris jouent tranquillement, ou mettent sagement leurs chaussures, prêts à partir. Des blonds sans doute. Les miens courent toujours dans tous les sens.

J’attrape Rebelle et je tente de lui mettre les chaussures … « Non ! Non maman ! M’a toute t’eule ! » (Ah enfin, elle s’assagit…). Je la lâche donc… et elle s’enfuit en hurlant et riant à l’autre bout de la pièce.

J’ai chaud, honte, mais je tente de garder mon calme. Je m’approche de BN et je tente différentes approches :
« Si tu es bien sage, nous reviendrons bientôt… »
HIHIHI !
« Si tu n’es PAS sage, nous ne reviendrons JAMAIS ! »
HIHIHI !
« Je croyais que tu étais un grand mon BN chéri. »
HIHIHI !
« Finalement tu es un BEBE ! »
HIHIHI !

Bref, au bout d’une longue (et parfaitement inutile) négociation, je reviens vers Rebelle, qui tente à nouveau de fuir. Elle bat des pieds, se débat encore et encore. Je me retiens de ne pas crier. Je suis entourée de « blondes » qui parlent d’une voix égale sans jamais hausser le ton.

Enfin, suant, je réussi à mettre les bottines de ma fille, puis je fais mine de partir.

« ATTENDEZ MOI ! »

Gagné !!

J’aide BN à enfiler ses chaussures… lequel pour me remercier, s’enfuit dans une structure en mousse (chaussures interdites ! Les regards désapprobateurs se multiplient dans mon dos) suivi de sa soeur.

Finalement, au bout d’interminables minutes, nous sortons enfin de cette salle (devenue) infernale. Les enfants tentent une ultime tentative d’évasion dans les escaliers du hall d’entrée.

Fin de notre matinée à la ludothèque.

Le bilan est très positif, un peu entaché par un départ compliqué (qui m’a beaucoup refroidi). Mais avec le recul, les enfants ont pu se défouler à volonté, ce qui est très agréable par un temps gris et pluvieux.

A refaire donc, avec une préparation psychologique pour anticiper le départ et l’adoucir au maximum ! Je pourrai même revenir avec BabyRose (mais sans l’un des grands, qui ensembles sont ingérables pour l’instant). Maintenant qu’elle cavale partout à quatre pattes et se lève facilement, elle se régalerait avec toutes ces structures en mousses.

Château Dinette
Escalade Jeux de société
Parcours en boisRebelle
Maison de poupées
Publicités

2 réflexions au sujet de « On fait l’école buissonnière »

    rivieramum a dit:
    18 février 2015 à 13:00

    Alors la mdr, au départ quand j’emmenais puce à la Ludo elle se jetait par terre en hurlant au moment de partir la honte. Je devais dire que les dames avaient quand même le droit d’aller manger pour qu’elle me suive lol. Et la dernière fois, Choupinette a loupé une marche et a dévalé l’escalier, trois marches un roulé boulé car j’étais avec puce aux toilettes.

    J'aime

      mamanoquotidien a répondu:
      18 février 2015 à 13:46
      Je vois que je ne suis pas la seule, c’est rassurance :-P. J’espère que ta Choupinette n’a rien eu de grave !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s