Survivre aux nuits avec un nourrisson

Publié le Mis à jour le

J’ai aimé Rebelle intensément dès le premier regard !

Elle était une enfant désirée (comme son frère et sa soeur).
Elle était la deuxième, nous savions à quoi nous en tenir cette fois.
Elle était si petite et si frêle.
Elle avait une petite bouille à croquer.
Elle m’a fait vivre un accouchement facile et rapide.
Elle est né 10 jours avant terme et m’a évité la fin de grossesse plus fatigante.

Pourtant les premiers mois avec cette petite fille ont été bien compliqués pour cause d’allaitement douloureux et surtout d’enfant qui confondait le jour et la nuit.

Et ces nuits, parlons-en justement.

Avant d’être parent, on n’imagine absolument pas ce que peut être la fatigue. La VRAI. Celle qui devient un prolongement de vous, tellement que vous ne savez plus ce que signifie le mot « dormir ».

Oh bien sûr, il y’a des parents, des chanceux, ceux qui vous sortent insolemment :

    Mon enfant a fait ses nuits dès la sortie de la maternité !

(Mais bien sûr, et la marmotte…) (et avant de leur sauter à la gorges… respires un grand coup !)

Mais qu’est-ce qu’une vraie nuit de sommeil d’abord ?

J’ai déjà entendu des mamans qui considéraient que dormir 4h d’affilé correspondait à une nuit complète. Alors oui, d’accord, comme ça je comprends que certains enfants fassent leurs nuits dès la naissance.

Du coup je pense que chaque parent a son critère. Le mien était de 7h d’affilé grand minimum. En dessous, mes enfants ne faisaient pas encore vraiment leurs nuits. Imagines ce que ça donne (imagine all the people…) : tu couches ton enfant entre 23h et 00h (déjà là ça pique un peu pour les couches-tôt), et il te réveilles (parce que toi tu dors profondément !) vers 6h ou 7h. Ça, c’est un vrai début de vraie nuit.

Tu as aussi nuits pourries et « nuits pourries » (tu connais le sketch du bon chasseur et du mauvais chasseur ? Souvenir 90’s !)

    Pfff il me réveille 2 fois pour téter 10 minutes, l’HORREUR totale !

Bon, je reprends, il y’a les nuits pourries (mon enfant me réveille toutes les 2/3 heures) et les nuits vraiment pourries (mon enfant ne dort pas). BN et BabyRose se classent dans la première catégorie, tandis que Rebelle rentre franchement dans la seconde.

BN, par exemple, se réveillait deux ou trois fois la nuit, pour téter. Il était efficace. La tétée durait 10 minutes pendant lesquelles je somnolais, et je le recouchais ensuite aussi sec, jusqu’au repas suivant. Le schéma était similaire avec BabyRose.

En revanche Rebelle avait décidé que la nuit elle ne dormirait pas. Et là, nous n’étions pas vraiment en phase parce que moi, la nuit bah… j’ai besoin de dormir. Du coup il fallait la balader dans les bras longtemps, longtemps, très longtemps (la nuit… c’est violent). Il fallait réussir à la faire dormir et comme elle refusait la tétine, on lui donnait notre petit doigt à téter. On a attrapé de sacrées crampes à s’endormant sur son berceau, Roméo et moi.

Un jour, le berceau a atterri dans la cuisine, qui est la pièce la plus éloignée de notre chambre, et nous l’avons laissé pleurer de longues minutes (heures ? La nuit, la notion du temps est flou).

Cette nuit là, on s’en est voulu, Roméo et moi. Mais cette nuit là, aussi, nous avons dormi.

    Tu verras, à 3 mois il/elle fera ses nuits.

Là encore les parents sont très inégaux. Je me classe parmi les chanceux. BabyRose est celle qui nous a fait le plus languir, se décidant à dormir vraiment à 6 mois.

Mais chaque première nuit complète est une renaissance. C’en est même un peu effrayant…

      Chéri, t’as vu l’heure, c’est normal que BN dorme encore !? -angoisse-
      Mmpffm ?
      Je vais aller voir s’il respire … !
      Huuummm…

Et sans s’en rendre compte, on se rajoute de la fatigue et de l’anxiété au lieu de se reposer.

(D’ailleurs encore aujourd’hui je vérifie souvent que mes enfants respirent quand ils sont couchés.)

Mais alors, me diras-tu, comment survivre à ces nuits là ?!

Pour ma part, deux choses ont fonctionné, l’une plus longtemps que l’autre :

Demander de l’aide à Roméo. Il m’avait beaucoup aidé avec BN. Il m’a un peu aidé avec Rebelle (mais pas autant, souviens toi, pour cause de bébé 1…)

Et surtout, une chose chaudement… déconseillée par les professionnels de santé pour risque d’étouffement : dormir avec son bébé.

C’est d’ailleurs l’une des grandes tendances du moment, le cododo. Certains dorment avec bébé au milieu du lit, d’autres ajoutent un petit lit exprès à côté du lit des parents. Je ne me prononcerai pas sur le sujet, qui peut faire polémique (le but de l’article n’est pas là).

Cependant, force est de constater que lorsque tu es au bout du rouleau, que tu pourrais tuer quelqu’un pour un mot de travers tant tu es fatiguée, une chose sauve tes nuits : dormir avec bébé. Parce que oui, ton bébé dort dans tes bras. Et seulement dans tes bras.

Pour ma part, je l’ai toujours fait avec précaution, et uniquement les fois où je n’en pouvais vraiment plus. Je couchais alors Rebelle (puis BabyRose) sur mon ventre et je la calais avec mon coussin d’allaitement au niveau des jambes et du bassin. Je faisais attention à ne pas l’écraser avec le coussin et je le calais sous mes bras. Je dormais donc sur le dos (pas la position la plus confortable pour moi), d’un sommeil léger et je crevais de chaud (nous étions en juillet / août). Mais cela me permettait de dormir 3/4 heures d’affilée, un LUXE dans ces conditions.

Il y’a aussi les mamans allaitantes qui mettent leur enfant au sein, pour l’endormir. Ceci est un choix très personnel. Pour Rebelle je n’ai jamais eu cette habitude, elle non plus, à cause de crevasses très douloureuses les premières semaines.

    La journée, fais ta sieste en même temps que bébé.

Dans la théorie c’est très bien, mais c’est finalement assez difficile à mettre en oeuvre :

Un nourrisson n’a pas de rythme. Tu ne sais jamais si quand il va dormir, ni quand il risque de se réveiller. Et s’il s’endort quand tu commences à manger ? Et s’il s’endort quand tu es au beau milieu d’une activité ? Et s’il s’endort quand tu dois sortir ? Moi qui ait du mal à faire la sieste, je commençais souvent à somnoler au moment où BN se réveillait.

Lorsque tu as un second/troisième/suivant, tu dois veiller sur ton aîné, d’autant plus s’il est encore petit. Exit donc la sieste lorsque tu es seule avec les enfants.

Sans compter toutes ces visites des premières semaines, des proches qui viennent admirer bébé.

Il y’a quand même ces occasions, rares et précieuses, où le timing est enfin bon pour une sieste. Et si (par malheur) ton bébé ne fait pas de sieste en journée, tu as la même solution que la nuit : dormir avec lui.

Enfin, j’ai aussi connu « bébé qui ne dort pas le jour » (c’est épuisant nerveusement) avec BN. Là, la solution miracle c’est le PORTE-BÉBÉ. Avec bébé sur toi, tu peux cuisiner, ranger ta maison, t’occuper pendant que ton tout petit dort tranquillement. Alors oui, ça tient chaud, oui ça fatigue, mais ça te sauve quand même !

Tu as aussi l’option poussette lorsqu’il fait beau dehors et que tu n’as qu’un enfant (ou que les aînés sont grands).

Mais quand vraiment tu es à bout, surtout n’hésites pas à demander de l’aide !

bn
rebelle
Rose
Publicités

3 réflexions au sujet de « Survivre aux nuits avec un nourrisson »

    rivieramum a dit:
    21 avril 2015 à 17:05

    Tout à fait d’accord moi aussi au début mes filles ont dormi sur moi les deux premiers mois ventre à ventre et après elles ont fait leur nuits.

    J'aime

    Laura a dit:
    29 avril 2015 à 08:27

    Merci pour ce post et ces précieux conseils, tu sais que je vais en avoir besoin.

    J'aime

      mamanoquotidien a répondu:
      29 avril 2015 à 09:36
      Le principal, c’est que tu fasses comme tu le sentes. Avec un peu de chance, ton guizmo sera sage la nuit !!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s