Les O’quotidien en vacances

Publié le Mis à jour le

Des vacances au pays de la châtaigne (non, pas en Corse)

    Nous avons passé 15 jours de vacances en Ardèche, dans le fief de ma famille maternelle. J’y vais tous les ans depuis que je suis née, j’y ai rencontré Roméo. Nous avons donc naturellement continué à y retourner, d’abord tous les deux puis avec les enfants, chaque année. Nous y retrouvons une bonne partie de la famille. Nos racines.

    Dans cette Ardèche sauvage, là où la châtaigne est reine, nous soufflons. Nous prenons le temps. Nous perdons le fil des heures, des jours. Nous écoutons les mille bruits de la nature, loin de la ville. Au milieu de la châtaigneraie résonnent les cloches des moutons. Les « pelous » des châtaignes jonchent le sol. Nous partageons des moments tout simples : des baignades dans l’eau fraîche (ou froide) de la rivière, des promenades aux environs, des soirées autour d’une fontaine, des cousinades joyeuses près d’un vieux four à pain, des fêtes de villages…

    Autant d’instants simples et pourtant précieux, qui ressourcent et redonnent l’énergie pour l’année à venir.

    Et de l’énergie nous en avons besoin, puisque BabyRose a été malade durant ces 2 semaines. Une gastro persistante malgré les médicaments, aggravée par nos trajets en voiture quotidien sur les sinueuses routes de montagne. Pour elle, ces 15 jours ont été interminables.

    Pour nous, ils ont semblé être un seul jour. Nous avons du tomber dans une faille spatio-temporelle quelque part en route. Malgré tout, nous en avons profité au maximum et ce fut un grand bol d’air. Je te laisse apprécier la beauté des personnages lieux.

Complicité
Complicité
Complicité
Complicité
Complicité

Nos différentes activités

      En vacances dans notre fief sauvage, nous avons essayé de varier les activités pour les enfants. Beaucoup sont venues à nous spontanément : fêtes de village avec structure gonflable et pêche à la ligne. Cousinades. Baignades et tours en canoë (

« Maman, moi je croyais qu’on pourrait vraiment faire du canoë tous seuls, ma cousine et moi ! »BN

      et la cousine, à peine 5 ans…). Et puis nous avons emmené les enfants, les grands, faire de l’accrobranche pour petits (lutins). Un grand moment.

Arrivés sur place, j’ai eu des sueurs froides en lisant le panneau à l’entrée : « INTERDIT AUX MOINS D’1m20 ». Gloups. Malgré toute notre bonne volonté, nos 87cm et 1m03 ne pouvaient pas jouer les tarzans ici. Heureusement Roméo a gardé son sang-froid : le prospectus indiquait un « espace lutins ». Il a donc filé à l’accueil pour se renseigner.

« Un espace lutin ? Oui, pour les 4-7 ans, il existe. »
« Votre fille de 3 ans, celle qui grimpe sur mon bureau là ?
(Gloups). Oui, elle pourra certainement faire une partie du circuit, mais pas tout. »

Forts de ces explications, nous voilà lancés à la conquête de l’espace lutin. « Arrête tonton O de m’appeler comme ça : JE NE SUIS PAS UN LUTIN ! ». Après 5 minutes de flottement (surtout pour moi) pour comprendre comment fonctionne le circuit, et voilà mes lutins enfants fonçant sur des tyroliennes, traversant un labyrinthe, glissant dans des toboggans ou traversant des filets du diable (attention au piège : les mailles très larges du filet laissent facilement passer un pied… et il y’a des orties en dessous !) menant à la cabanes des « vrais » lutins.

Une fois arrivés au bout du circuit, je réalise que Rebelle l’a survolé aussi aisément que son frère avec de grands éclats de rire. Que disait le responsable du parc déjà … ?

Nous avons refait le circuit plusieurs fois, particulièrement les tyroliennes et la cabane. Il fallait voir les enfants se lancer sur ces tyroliennes qui atterrissaient sans aucune douceur sur un matelas. Il fallait les entendre rire en « s’écrasant » contre ledit matelas. Même BabyRose a goûté à la tyrolienne avec un sourire ravi, puis s’est lancée à plusieurs reprises dans un toboggan, moi en haut, Roméo en bas pour la réceptionner… avec une joie non-dissimulée.

Complicité Complicité
Complicité Complicité
Complicité Complicité
Complicité
Complicité
Complicité

En vacances les enfants poussent 2x plus vite ! (le soleil et le bon air !)

      Durant ce jour de 15 jours, les enfants ont grandi encore plus vite que d’habitude.

BN

      est un

grand petit

      garçon qui aime rendre service, participer à la vie collective (faire la vaisselle, faire le lit), apprendre à ses sœurs les choses qu’il connait lui :

« Rebelle, quand tu comptes, tu ZAPPES toujours le 4 ! Ecoute moi, c’est comme ça : 1 – 2 – 3 – QUATRE – 5 … »

      . C’est un

grand petit

      garçon intrépide, curieux, avec la soif d’apprendre. Un

grand petit

      garçon en pleine phase œdipienne (je ne compte plus les

« Je t’aime maman ! »

      auxquels j’ai eu droit). Un

grand petit

      garçon au langage toujours plus riche, mais aussi toujours plus provocateur (tant qu’on peut glisser un

petit gros

      mot par-ci, par-là, faire l’idiot pour faire rire sœurs et cousins, tout est bon à tester…)

Rebelle s’est enfin décidée à être propre. POUR DE VRAI ! Elle demande, elle gère, elle se retient. Enfin ! Parce qu’elle fait cet effort, elle a été récompensé par des culotte « Reine des Neiges » qu’elle montrait, tel un trophée, à tout va : « Rega’de ma culotte reine de’ neig’ ! ». Personne dans les 10 km à la ronde, ne doit ignorer ce qu’elle cache sous son short ! Son langage a beaucoup évolué. Elle avait déjà beaucoup progressé ces derniers mois, mais cet été, chacun la comprenait correctement. A moins que ça ne soit moi qui ait ouvert les yeux sur son évolution. Elle s’est révélée être l’intrépide que je pensais : en allant nager là où elle n’avait pas pied et sans personne pour la surveiller malgré mes recommandations affolées (affolées parce que je devais être prête à me jeter dans l’eau glacée… bon froide… pour la récupérer); en faisant de la tyrolienne pour les 4-7 ans avec aisance incroyable…

Lorsqu’elle avait un regain d’énergie, BabyRose redevenait cette petite fille pleine de vie et pétillante, un peu coquine et malicieuse, avec ce regard clair et si sérieux qui dévisage les gens et les choses. Cette petite fille qui peaufinait ses « papa » et « maman », qui pointait du doigt le chien « Qu’un », qui riait de le caresser mais criait lorsqu’il approchait son museau d’elle. Cette petite fille qui riait des bêtises de son frère et sa sœur. Cette petite fille qui buvait l’eau de la rivière sans craindre le froid. Cette petite fille qui commençait à manger toute seule. Cette petite fille qui n’était presque plus un bébé.

Complicité
Complicité

Erratum : Depuis la rédaction de cet article, Rebelle a repris ses mauvaises habitudes et mouille à nouveau ses culottes. Heu… Au secours ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s