Fais pas ci, fais pas ça, la culpabilité d’une mère…

Publié le Mis à jour le

AVERTISSEMENT Cet article est rédigé avec ironie. Il reflète une réflexion que je me fais régulièrement en tombant chaque jours sur de nouvelles études, une réflexion très personnelles qui n’est un jugement envers personne mais juste un ras-le-bol de maman 😉

Etre maman de nos jours, est-ce plus difficile qu’autrefois ?

Avant les mères se contentaient des avis constructifs ou pas de leur entourage proche, ainsi que quelques références littéraires, sur la façon de bien élever leurs enfants.

Aujourd’hui une mère est confrontée au regard de son entourage mais également à une multitudes de sources littéraires et informatiques qui lui dise comment faire et surtout comment ne pas faire ! En fonction des modes et des découvertes de la petite enfance, ces références changent, évoluent, s’inversent même parfois.

Sans titre 2

Faire dormir bébé sur le dos, QUOI ?! Mais il va s’étrangler s’il régurgite !

Le faire dormir sur le ventre, TU N’Y PENSES PAS ! Il va mourir étouffé !

L’allaitement, NON ! C’était pour les femmes soumises à leur rôle de mère, nous sommes des mères libérées (délivrééééééééééées) (oui je sais, c’était facile).

Tu ne l’allaites pas ? Pauvre bébé, il va chopper toutes les allergies qui traînent !

Le CODODO ?! Mais tu vas l’écraser en dormant !

Pas de cododo !!!!! Pauvre enfant, il ne va pas pouvoir remplir son « réservoir d’amour ».

Ne jamais le gronder ? Tu vas en faire un monstre d’égoïsme !

Le gronder, ES-TU FOLLE ?! Tu vas détruire une zone sensible de son cerveau et en faire un futur délinquant !

Et je pourrais continuer encore longtemps !

Tout ça pour dire que FLÛTE A LA FIN (j’apprends encore à peaufiner mes insultes de maman, tout en délicatesse devant les enfants), si je me fie à tout ce que je lis et à tout ce que j’entends, je finis par broyer du noir car quoique je fasse, JE SUIS UNE MAUVAISE MÈRE !

Actuellement, la grande mode tendance est au maternage et à la bienveillance. Et bien que ces termes entraînent de belles valeurs, ils amènent aussi des dérives (à mon sens). Les extrêmes ne sont jamais bons, quel que soit le domaine. Certains parents confondent bienveillance et laxisme. D’autres, à force de maternage fusionnel, s’oublie eux-même ou oublie leur couple, en ne cherchant pas à créer un équilibre.

Je suis maternelle parce que j’aime mes enfants, infiniement et inconditionnellement, mais je ne suis pas maternante parce que, par exemple, mon lit est sacré, mon intimité de couple également. Hors de questions que les enfants squattent l’endroit. D’ailleurs ils n’y sont tellement pas habitués que les rares fois où nous leurs proposons notre lit, ils refusent catégoriquement : Ils préfèrent le leur !

Je suis maternelle donc, mais pas maternante. Je serais donc une MAUVAISE MÈRE ! ?

Je laisse mes enfants pleurer or actuellement, il ne faut SURTOUT PAS, malheureuse. Ça les traumatise. Oui, certes, sauf que les miens ont fait leurs nuits rapidement. Ça n’a peut-être rien à voir mais peut-être que si. Mes nuits sont complètes, je suis donc assez reposée pour m’occuper calmement des enfants. Sans toutes ces heures de sommeil je serais un zombie. Serais-je aussi disponible pour eux ? Peut-être pas. Pourtant, cela les stressent et abîme leur cerveau. Cela fait donc de moi une MAUVAISE MÈRE !.

Je ne verbalise pas assez avec mes enfants. Je leur parle pourtant, souvent, mais j’ai l’impression que pour suivre la tendance actuelle il faut en dire beaucoup, tout le temps. Justifier tout ce que je fais ? Non merci, mais cela fait donc de moi une MAUVAISE MÈRE ! ?

Je leur ai déjà donné la fessée. Occasionnellement certes, sans aucune fierté certes et je ne m’en vante pas. Bientôt d’ailleurs celle-ci sera peut-être punie par la loi, je suis sûre que cette information ne t’a pas échappé. Est-ce que pour autant j’aime moins mon enfant que ceux qui n’en ont jamais donné ? Je n’en suis pas sûre. Mais cela semble faire de moi un MONSTRE TORTIONNAIRE.

Si je m’en réfère à toutes les informations qui nous assaillent quotidiennement, je suis donc une MAUVAISE MÈRE doublée d’un MONSTRE. Moi qui croyais aimer mes enfants, je vais revoir ma copie…

Mais au fond, si je prend du recul vis à vis de toutes ces sources d’informations, qui ont aussi du bon à véhiculer, je réalise que je suis une mère comme une autre avec ses instants de faiblesses. Il est finalement humain que mes enfants sachent que je ne suis pas un robot, que moi aussi je craque, tout comme eux.

Et toi, quel est ton sentiment sur l’éducation des enfants dans la société actuelle ?

Sans titre 1
Illustration de Philippe Bercovici

Publicités

13 réflexions au sujet de « Fais pas ci, fais pas ça, la culpabilité d’une mère… »

    Le Rire des Anges a dit:
    13 février 2016 à 13:15

    Tu as tout à fait raison, on est tellement observée aujourd’hui en tant que mère… Je sais que je fais de mon mieux avec ce que je suis et les valises que je transporte!
    Je me reconnais dans certains travers dont tu parles, nous sommes donc bien différentes comme maman… Mais finalement peut-être pas tant que ça! 😉

    Aimé par 2 people

    Appellation Maman a dit:
    13 février 2016 à 13:36

    Je partage complètement ton avis! Apparemment je suis aussi mauvaise mère que toi!😉 et n’en déplaise aux préceptes et aux mères parfaites je continuerai à suivre ma philosophie : je suis une femme avant d’être une maman et mes enfants seront,j’en suis sure, très heureux si je suis une femme heureuse et qui ne sacrifie pas tout en s’oubliant!😉

    Aimé par 1 personne

    rivieramum a dit:
    13 février 2016 à 14:19

    Moi je pense que plus que des tendances de mode il s’agit d’avancées en matière de découvertes scientifiques (ne pas dormir sur le ventre, éviter de trop faire pleurer de trop faire attendre le tout petit bébé je parle, éviter d’éduquer son enfant par la menace et ou la gifle la fessée car ça n’apprend rien ect) et au niveau de la psychologie du développement âge par âge. Maintenant on s’adapte comme on peut avec ces infos et on fait selon nos valeurs et le caractère de nos enfants. Moi aussi je me dis souvent que je ne suis pas une « bonne mère » mais le fait de se le dire nous montre déjà qu’on est bienveillantes puisqu’on réfléchi à ce qu’on fait et comment le faire. Alors t’inquiète pas tu es très bien et la mère suffisamment bonne c’est celle qui ne veut pas essayer d’être parfaite:)

    Aimé par 1 personne

      Mamanoquotidien a répondu:
      14 février 2016 à 09:29

      Tu as raison au sujet des avancées, j’ai parlé de mode un peu par provocation, un peu :-). Mais au final, le plus important est de vouloir rendre ses enfants heureux !

      J'aime

        rivieramum a dit:
        15 février 2016 à 21:44

        Mais tu as raison il y a des tendances et moi aussi je m’y perds 🙂

        Aimé par 1 personne

    La vie d'leur mère a dit:
    14 février 2016 à 21:26

    Je suis tout à fait d’accord avec toi… Pas de cododo ici non plus, Canaillou a déjà reçu une fessée (il n’en est pas traumatisé me semble-t-il) (et moi j’en ai eu étant petite et je ne le suis pas non plus), je le gronde quand il n’écoute pas… Mais ça ne veut pas dire que je ne l’aime pas, bien au contraire ! Poser des limites et appliquer des sanctions, ça fait partie de l’éducation !!

    Aimé par 1 personne

      Mamanoquotidien a répondu:
      15 février 2016 à 08:18

      Tu as raison, il faut des limites aux enfants !

      J'aime

        La Fabrique d'éco Lo a dit:
        5 mars 2016 à 12:52

        Débat très intéressant, et je suis bien d’accord que nous sommes submergées d’informations! Pour ma part, celui qui partage ma vie est un excellent papa et nous arrivons donc à « ne pas laisser pleurer » et « ne pas taper ». Mais je n’aurais JAMAIS réussi ça seule ou avec un papa qui se plante devant la télé en rentrant du taf… Pour moi, la question « d’être une bonne mère » devrait automatiquement aller avec « être un bon père? », parce qu’il faut être deux pour réussir à pratiquer la bienveillance, sinon tu pètes un câble!…

        Aimé par 1 personne

        Mamanoquotidien a répondu:
        5 mars 2016 à 18:06

        Mon mari est très actif mais son travail fait qu’une semaine sur deux, je suis seule avec mes enfants de la sortie de l’école au coucher, et c’est plus tentant de craquer, surtout si la fatigue ou les microbes s’en mêlent :(.

        J'aime

        La Fabrique d'éco Lo a dit:
        5 mars 2016 à 19:10

        j’imagine… Déjà avec un seul j’ai beaucoup de mal à rester patiente…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s