Libres et sauvages dans le jardin de mes étés

Publié le

Voilà comment j’aime mes enfants : jouant librement dehors et sans contraintes. (Rassures toi, je les aime aussi quand ils ne jouent pas, qu’ils ne sont pas dehors… Je ne suis pas si sélective ^_^)

Actuellement nous vivons heureux mais un peu à l’étroit dans notre appartement 3 pièces. Je rêve d’un jardin, même petit, pour que mes enfants puissent s’épanouir plus encore. C’est le projet encore lointain de notre famille.

En attendant, nous profitons de l’été pour rendre visite à nos proches et savourer leur jardin. Les enfants courent, sautent, jouent à cache-cache. Ils sont libres et j’aime les voir ainsi. Leur imagination peut s’exprimer autrement et plus intensément que dans un parc d’enfants où leurs envies sont forcément un peu bridées par les jeux standards proposés.

Et puis cette année encore j’ai eu la joie de pouvoir les emmener dans la maison et le jardin de mes étés.

Cette maison, c’était la maison de vacances de ma mamie. Nous y venions 2 semaines en juillet chaque été, parfois à Pâques aussi, mes parents, mes frères et moi. C’était la maison du bonheur. Un jardin immense en planches sous les pins. Un jardin plein de coins et de recoins. Il y’a un cabanon au fond du jardin, un cabanon qui me faisait peur. C’était l’antre des toiles d’araignées, ma hantise ! Il y’avait des planches secrètes, difficiles d’accès. Il y’avait des planches larges pour jouer au badminton. J’aimais chercher les deux petites marches en pierres qui menaient aux planches suivantes. Ces escaliers rudimentaires étaient souvent dissimulés par l’épaisse végétation. Il y’avait des écureuils qui sautaient de branches en branches, chaque jour au même endroit. Il y’avait un vieux figuier qui embaumait la terrasse où nous mangions. Il y’avait les cigales et toutes ces senteurs azuréennes. Il y’avait…

Il y’avait tant de chose pour stimuler la créativité, l’imagination et le jeu ! Pour moi, la petite parisienne, c’était le jardin des rêves, le jardin où toutes les aventures étaient possibles.

Et puis la vie s’est écoulée. De fil en aiguille cette maison est passée par héritage à des grandes cousines avec qui je n’avais aucun lien. J’ai pensé que je n’y retournerai jamais.

La vie s’est encore écoulée et par hasard, avec cette malice dont elle seule a le secret, elle m’a amené à venir m’installer dans cette région azuréenne.

La vie s’est encore écoulée et je suis devenue maman. Et peu à peu, maman et habitante de la côte d’azur, j’ai repris contact avec mes cousines qui venaient chaque été passer leurs vacances dans cette maison et ce jardin.

Depuis, chaque été, nous sommes invités là-bas. Et mes enfants connaissent à leur tour un peu du bonheur de ce jardin, quelle joie ! Ils découvrent l’immensité de ce jardin, les innombrables cachettes qui les impressionnent, le bonheur d’y courir en liberté. J’espère pour eux que ce bonheur durera encore longtemps. Je l’espère pour moi aussi, pour mes liens qui se renforce chaque année avec ces cousines. J’aime me retrouver dans ce jardin et cette maison qui sont ma madeleine de Proust. J’y suis heureuse tout simplement et je peux contempler mes enfants s’y épanouir avec plaisir !




Publicités

4 réflexions au sujet de « Libres et sauvages dans le jardin de mes étés »

    Le Rire des Anges a dit:
    26 juillet 2016 à 18:53

    Il a l’air tellement beau ce jardin…Quel heureux hasard!

    Aimé par 1 personne

      Mamanoquotidien a répondu:
      27 juillet 2016 à 09:13

      Il est très beau en effet (et compliqué à entretenir lol), mais vraiment la vie est pleine de belles surprises !

      Aimé par 1 personne

    Gwendoline a dit:
    12 août 2016 à 13:07

    Lorsque j’étais enfant, nous vivions dans une maison au milieu de nulle part, nous allions à la rivière, nous aimions la forêt… et à vrai dire, nous étions rarement sur le terrain qui entourait la maison !
    Mais ce que nous aimions par-dessus tout, c’était quand mes parents nous emmenaient en voiture en ville (30 minutes de trajet, quand même…) pour aller jouer à la place jeu !!! A nous toboggan, balançoires et bac à sable… Et nous enviions tellement, tellement, les petits citadins qui avaient la place de jeu au bout de leur balcon !
    Quand mes parents recevaient des amis avec des enfants de notre âge, nous ne voyions jamais très bien pourquoi ils enviaient tant notre liberté !
    Quand on a grandi, on s’est surtout beaucoup ennuyés dans cette maison au milieu de nulle part ! Mes parents ont fait des milliers de kilomètres chaque année pour nous emmener chez le dentiste, au cinéma, ou à l’école, même, tout simplement !
    Maintenant que je suis maman de famille nombreuse, nous vivons dans un appartement au rez de chaussée, avec un petit jardin, et avec l’accès à l’extérieur. La place de jeu est à 2 minutes à pieds. Les plus grandes peuvent aller au cinéma sans nous, comme ça, juste à pieds, et nous, nous trouvons que nous avons vraiment trouvé le bon compromis. Nous pouvons vivre sans voiture (quel luxe, quel plaisir !!) et je suis vraiment convaincue de nos choix… Finalement, n’est-ce pas là le plus important ??

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s