handbnSon copain, son « meilleur ami A » lui avait proposé de faire du Handball avec lui cette année.

Pile au moment où je m’étais résolu à n’inscrire les enfants à aucune activité périscolaire.

Chez nous cette étape semble toujours laborieuse. Souviens toi, l’an passé nous lui avions fait essayé le judo mais il avait catégoriquement rejeté ce sport et nous avions opté à la dernière minute pour le sambo.

A la fin de l’année dernière il traînait les pieds pour aller au sambo. En septembre il n’a rien réclamé, même lorsque sa petite sœur Rebelle a testé la danse. Test qui n’a pas été concluant puisqu’elle n’a pas souhaité poursuivre.

Elle non plus !

Et finalement je me suis dit qu’une année sans activité me permettrait, nous permettrait de souffler.

BN entame une année charnière en CP et cette absence d’activité tombait finalement plutôt bien.

Et puis le « meilleur ami A » est arrivé avec ses gros sabots sa proposition qu’on ne peut pas refuser… et j’ai dit oui pour un test.

Nous avons donc débarqué au gymnase lui et moi, sa petite main serrant fort la mienne. Face à tous ces enfants qui jouaient bruyamment en attendant le cours, pratiquement tous plus grands que lui, au milieu des cris qui résonnent, des baskets qui crissent sur le revêtement du sol, il s’est serré fort contre moi, ses yeux m’implorant de ne pas le quitter.

Une première fois, j’ai failli prendre mes jambes à mon cou et fuir avec BN… mais je suis restée et j’ai poliment demandé au professeur si nous pouvions prendre le handball en cours de route puisque l’année était déjà entamée. Elle m’a dit oui. J’ai souris, j’ai dégluti, je n’en menais pas large moi non plus et j’ai attendu.

Le meilleur copain a débarqué et soudain le visage de mon BN s’est éclairé. Avec beaucoup d’hésitations il l’a suivi au milieu du terrain lorsque le cours a commencé. Gauche et introverti, il est passé à côté de tous les exercices d’entraînement, ne sachant où aller et quoi faire. Lorsqu’ils devaient prendre le ballon à n’importe quel autre camarade, lui courrait derrière son copain. Il fallait slalomer ? Il courait en ligne droite. Il fallait tirer au but ? Il s’arrêtait devant… et faisait demi-tour. Il fallait garder un ballon ? Il le jetait au loin comme s’il en avait peur.

Heureusement pour lui, son meilleur copain et le frère de ce dernier le prenaient sous leur aile, le poussaient à s’accrocher et à suivre ce niveau bien trop élevé pour lui. Ils ont fait des petits matchs et je voyais mon petit garçon, si petit face aux autres, et très gauche, qui n’arrivait pas à rattraper une seule balle. Les épaules rentrées, il attendait.

Et moi assise sur le banc, j’avais envie de courir vers lui pour le serrer fort dans mes bras.

A la fin du cours, le professeur m’a expliqué qu’il aurait plutôt sa place dans le cours des plus jeunes. Mais évidemment dans l’autre cours il n’y a pas de meilleur ami ! Après en avoir discuté elle s’est montrée compréhensive.

« Vous savez, m’a-t-elle dit, parfois le moteur des enfants n’est pas celui que l’on croit. »

Elle m’a donc conseillé de revenir encore pour deux cours d’essai. Malgré mon ressenti plutôt négatif et mon cœur en miettes, mon BN était emballé d’avoir joué avec son copain.

La semaine suivante il était nettement moins anxieux et plus attentif aux exercices. Je me suis prise à imaginer que faire partie d’un groupe le tirerait vers le haut, l’aiderait à s’ouvrir et s’épanouir. Revigorée, j’ai pris un dossier d’inscription. J’ai emmené mon fils chez le médecin pour faire son certificat médical. J’ai tout rempli, fait des photocopies, signé et surtout établi un chèque.

Voilà, j’étais parée pour son troisième cours d’essai.

Souriante j’ai été déposée mon dossier complet. BN s’est assis pour attendre A. tandis que ses camarades jouaient déjà sur le terrain.

Le cours a commencé.

A. n’était pas là. BN m’a regardé et j’ai senti l’angoisse dans ses yeux.

Roméo et moi avons tenté de le booster.

« Va jouer BN, même si A est en retard, participe à ton cours ! »

Blocage.

Il est resté sur le banc, les épaules rentrées, le visage crispé au bord des larmes. J’ai senti la catastrophe déferler sur nous…

Pendant plus d’une demi-heure, désemparée, je suis passée par toutes les styles : Encouragements, carotte, menaces, câlins, gros yeux. Le professeur a essayé d’avoir des mots valorisants et positifs. Une autre dame du club s’en est mêlée. En vain. C’étai trop pour BN, au-dessus de ses forces. Il avait peur. Il n’avait que ce mot à la bouche. Peur d’être sans copains. Peur de ne pas savoir faire.

A. n’est jamais arrivé…

… et nous sommes partis, mon coeur à nouveau fissuré de ne pas avoir su réconforter l’angoisse profonde de mon si petit garçon.

Le temps nous dira s’il y retournera ou pas. Pour le moment ce sont les vacances et je lui ai donné pour mission de réfléchir à ce qu’il veut vraiment : faire du Hand ou simplement jouer avec son copain. Au fond je connais sa réponse mais j’aimerais qu’il puisse essayer vraiment et recoller les morceaux de mon cœur.

Voilà comment BN a failli faire du Hand.

handbn

Publicités

4 commentaires sur « Il a failli faire du Hand et puis … »

  1. Oh mais il me brise le coeur a moi aussi ton BN! Il me fait beaucoup penser à mon Anakin! Ils ont le même âge d’ailleurs. Ici il s’est décidé pour l’escrime! La première année qu’il a bien voulu essayer une activité! J’ai du le traîner au forum des activités. Et après avoir vu une démonstration il s’est tourné vers moi en me disant « c’est ca que je veux faire maman! » Il. E connaissais personne! Mais toutes les semaines il a très hâte d’y retourner! Belle journée 😘

    Aimé par 1 personne

  2. Ton histoire me rappelle tellement l’histoire de Titechérie quand elle a essayé le basket l’année dernière.. perdue au milieu de ceux qui en faisaient déjà depuis 1 ou 2 ans.. Au bout du 2ème cours d’essai, c’était fini… Maintenant, elle s’épanouit en danse et en cirque… il faut leur laisser le temps de trouver ce qui leur convient. Bon courage à toi et ton BN 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Pour l’instant BN veut continuer le hand malgré tout, « tant que son copain est là ». J’avoue que je suis encore très mitigée sur la suite des événements. J’aimerais tant qu’il trouve un sport qui lui convienne vraiment, pour le sport et non le copain !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s