Tout a commencé par les perles Hama, le grand classique. BN le perfectionniste s’est vite passionné pour ces perles à repasser en multipliant les figurines super-héros. Rebelle s’y est souvent essayé avec moins de minutie et zéro résultats.

Plus tard, par l’intermédiaire du bloggeur Sweet Daddy nous avons découvert et testé les Quixels. Gros succès auprès de BN toujours !

A Noël dernier, Rebelle a commandé des Aquabeads (Reine des Neiges, what else !) qui ont atterris au pied du sapin. Le résultat final est à la hauteur de la promesse.

Mais quels sont les différences, les points faibles et les points forts de chacun de ces loisirs créatifs ?

Pour commencer le principe est le même : il s’agit de poser des perles de différentes couleurs sur un socle afin de réaliser un dessin. Une fois celui-ci terminé, selon les méthodes, il faut repasser ou pulvériser de l’eau sur les perles afin qu’elles collent entre elles et rigidifient ainsi le dessin.

Les perles Hama

Ce sont sans doute les plus connues du genre. Conditionnées de multiples façons, en boites de couleurs ou en boite vrac, elles présentent l’énorme avantage d’être commercialisées partout, en grande contenance, à un prix défiant toute concurrence.

L’enfant peut s’aider de modèles à glisser sous le socle mais peut aussi improviser. Sur Internet nous trouvons toutes sortes de dessins assez faciles à réaliser pour BN, qui a commencé à l’âge de 4 ans. Il a réalisé une quantité astronomique de batman, superman, wonderwoman, ironman ou encore tortues ninja, sans se lasser !

Une fois le dessin réalisé par l’enfant, ici on utilise la méthode du repassage, méthode qui peut être contraignante pour ceux qui n’aiment pas repasser. Il faut attendre que le fer soit chaud puis le passer quelques secondes, en mode sans vapeur, en prenant soin de poser une feuille de papier sulfurisé entre le dessin et le fer à repasser.

Sous la chaleur, les perles fondent un peu et se collent entre elles. Trop repassées, elles seront trop fondues et le dessin sera moins net. Pas assez repassées, les perles risquent de se décoller très vite.


(Ci-dessus l’arrière, puis l’avant de la réalisation très reconnaissable à ses perles repassées et donc « fondues, écrasées »)

Les perles Quixel

Plus carrées et stables que les hamas, les quixels se manipulent de la même façon. Avec les doigts, on les pose sur le socle associé afin de réaliser son dessin. Je n’ai pas encore trouvé de vente « en gros ». Par conséquent on achète un coffret avec un nombre de perles défini, calculé pour réaliser les quelques modèles présents dans le kit. Cela ne laisse pas beaucoup de place à l’improvisation.

A la fin du dessin, il suffit de pulvériser de l’eau sur les perles et par un procédé chimique, celles-ci collent entre elle. Il y’a ensuite une heure d’attente pour être sûre que le processus a bien marché. Le gros avantage de cette technique réside dans le fait que les enfants peuvent finaliser eux-même leur dessin !

Le rendu est top, d’autant que Quixel personnalise ses kits avec des accessoires. BN a ainsi conçu des pirates auxquels il pouvait associer une épée. Les finitions donnent un aspect plus recherché à la réalisation, que les perles hama.


(Là encore, on voit la différence entre l’arrière, troué afin de les poser sur le support, des perles, et l’avant bien lisse et très sympa)

Les perles Aquabeads

Tout comme les Quixel, ces perles sont vendues en kit très rationalisés et collent entre elle grâce à l’eau pulvérisée. La grande différence avec les précédentes consiste en une forme réellement ronde. Une vraie perle, en somme. Pour attirer la clientèle, les kits sont estampillés des héros de nos enfants. Rebelle a par exemple eu le coffret « Reine des Neiges à Noël ».

La réalisation pour les enfants est extrêmement difficile. Même mon passionné, BN, y a perdu son sang-froid. Moi-même je me suis heurtée à des difficultés de réalisation en prenant son relais. La rondeur des perles les rends plus difficiles à tenir à la main. C’est pourquoi le kit propose une pince pour les attraper. Mais cette pince n’est pas toujours précise et difficilement manipulable.

Parfois en posant une perle, on en heurte une autre qui « saute » quelques cases plus loin sur le socle, faussant ainsi tout le dessin. C’est franchement désagréable et décourageant pour les plus jeunes. Le constructeur recommande le kit dès 4 ans. Personnellement je ne le recommande pas avant 6-7 ans, à moins d’avoir un prodige très minutieux.

En revanche, le rendu final est vraiment beau devant comme derrière puisqu’il est identique !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mon avis

A la maison, nous plébiscitons les perles hama parce qu’elles sont top rapport qualité-prix et parce qu’il y’a une grande souplesse dans la créativité. Les quixel réapparaîtrons sûrement de temps en temps parce qu’elles offrent un rendu plus agréable.

En revanche, malgré un résultat largement à la hauteur, je ne suis pas prête de racheter des Aquabeads pour l’instant, mes enfants sont trop petits !

Publicités

4 commentaires sur « Perles Hama, Quixel ou Aquabeads ? »

  1. Merci pour se comparatif qui m’est drôlement utile car mon bonhomme de 5 ans veux des Quixels pour Noël et je me demandai s’il n’était pas trop petit …
    Je pense que l’on va partir là dessus car le repassage me fait dresser le poil hihi !!!!
    J’ai vu que Aquabeads avait sorti un « stylo » peut-être Est-ce mieux maintenant …
    En tout cas encore merci pour ton article
    Olivia

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s