L’IEF, la solution pour prendre enfin le temps en famille ?

Publié le

Je suis sûr que tu es comme moi : ce changement d’heure a été assez compliqué à gérer ce matin pour lever les enfants (et soit-même accessoirement).

Instant de repos
Rebelle se repose

D’habitude BabyRose se lève seule sans que je vienne la chercher, parfois suivie de Rebelle. Elle part fort et achève de réveiller la maison.

Ce matin en revanche il a fallu les réveiller tous les trois à grand peine. J’ai regardé BabyRose s’étirer comme un petit chat quand je l’ai caresser, puis chercher ses doigts et se lover un peu plus dans son lit. Rebelle et BN n’ont pratiquement pas bougé, ramenant juste un peu plus la couette sur leur menton.

Je venais les perturber dans un sommeil profond et au nom de quoi ? D’une journée scolaire qui s’annonce comme toujours chargée. Et pour être attentif durant ces journées studieuses, ne serait-ce pas préférable d’avoir suffisamment dormit pour être au top de ses capacités de concentration ?

Il est bien là le soucis : nous courrons du soir au matin, nous jonglons entre travail et vie privée, nous entraînons nos enfants dans cette course folle et au final, profitons-nous assez de nos enfants et notre famille ? Prenons nous le temps de nous asseoir tous ensembles pour le plaisir, sans but précis, juste pour être ensembles ?

Ce week-end a été très éprouvant pour moi moralement. J’étais très fatiguée et peu patiente. De fait, les enfants ont beaucoup crié, ils se sont chamaillé, les filles ont souvent pleuré. Et j’en rajoutais une couches en criant, grondant, menaçant, secouant un peu même. Et puis au moment où je craquais j’ai réalisé que depuis le samedi matin, nous n’avions pas pris la peine d’être ensemble, vraiment ensemble.  Nous étions sous le même toit sans faire trop attention les uns aux autres.

Et c’est là que nous avons fait pause.

Nous nous sommes assis tous les cinq sur le canapé et nous nous sommes câliné en nous disant des mots doux. Les enfants ont beaucoup aimé ce partage et l’apaisement général a été perceptible. BN me l’a redis le dimanche soir, ce temps calme et câlin collectif lui a fait du bien.

Et lorsque nous courrons chaque jour de la semaine, que nous ne retrouvons nos enfants que pour le « rush » du soir, bain, repas et dodo, vite vite parce que demain il faudra recommencer à nouveau, se lever tôt, traîner sa fatigue comme un boulet mais s’obliger à se concentrer et puis le soir rentrer vite vite… nous perdons tellement en qualité de vie dans nos rapport avec nos enfants et nos familles… !

Je fais ce constat chaque jour et plus le temps passe, plus il me pèse. Avons nous raison ? Avons nous le choix ?

La réponse est propre à chacun bien sûr. Dans mon cas personnel je sais que la réponse est oui, nous avons le choix, même si ce choix entraîne quelques sacrifices. Chaque choix a des aspects positifs ou négatifs, à nous de voir ce qui a le plus d’importance à nos yeux. Evidemment pour l’instant nous n’avons qu’un salaire pour vivre et un petit appartement, bien entendu nous voudrions pouvoir déménager à l’aide de deux salaires.

Et parallèlement à cela je voudrais pouvoir suspendre le temps pour profiter de mes enfants mais surtout pour qu’ils puissent profiter eux-aussi de la vie, de ce qu’elle peut leur apporter, du quotidien qui peut être si riche de découvertes en tout genre.

Tu devines ? Je fais référence à l’IEF, l’instruction en famille qui consiste à laisser nos enfants grandir et évoluer selon leur rythme et leurs passions. On peut les guider plus ou moins. Quand j’y pense, j’y vois tellement de positif, de possibilités et d’opportunités.

Et pourtant la première fois que j’ai lu des articles à ce sujet, il y’a quelques mois, j’étais très réservée sur le sujet. Je ne comprenais pas ce que je prenais pour une régression quand tant de famille ont encore du mal à avoir accès à l’enseignement et au savoir. Mais peu à peu pourtant, les arguments ont commencé à faire mouche et l’idée à commencer à faire son chemin. A bien y réfléchir, la liste des avantages s’allonge chaque jour.

En IEF, mes enfants pourraient apprendre un peu plus grâce à moi, un peu de chaque sortie culturelle (mais pas que) que l’on pourrait faire. Ils verraient l’art, la cuisine, le jardinage… autant que la lecture, l’écriture et les maths. Ils pourraient prendre le temps le matin de se réveiller en douceur, nous pourrions adapter l’apprentissage à leurs centres d’intérêt réels. Ils ne seraient pas obligé d’apprendre à lire en CP, de commencer l’histoire à 7/8 ans… En ce moment BN se passionne pour les dinosaures. Nous avons des livres sur le sujet offert par sa super nounou. Nous pourrions compléter ces connaissances en allant tranquillement au musée en semaine, lorsqu’il n’y a pas grand-monde.

Bien sûr, toutes les sorties, toutes les découvertes, nous pouvons les faire le week-end et durant les vacances également. Mais le temps nous est compté le week-end, parfois nous n’avons pas envie, nous préférons décompresser de la semaine, voir la famille et les amis. Parfois il y’a du monde et une simple sortie devient pénible, avec l’attente, l’impatience des enfants qui seraient déjà fatigués de leur semaine à l’école.

Car c’est aussi le gros avantage de l’IEF, pouvoir faire les choses tranquillement en décalé.

Oui mais quid de la sociabilisation ? Les enfants ne seraient-ils pas des sauvageons ? J’ai souvent lu ces questions et regarder les réponses. Les familles en IEF se regroupent beaucoup et organisent souvent des sorties ensembles.

Alors pour l’instant je n’ai pas passé le cap pour tout un tas de bonnes raisons, parce qu’envisager l’IEF ce n’est pas rejeter le système scolaire non plus. Actuellement il amène aussi de bonnes choses à mes enfants. Et puis je ne suis pas sûre d’être apte à supporter mes enfants 24h/24h sans aucune coupure. En revanche, je lis aussi beaucoup de témoignages de mamans expliquant que leurs enfants en IEF sont plus sereins, plus calmes et moins chahuteurs. Cela soude les fratries. Alors j’y réfléchit, je me renseigne et j’envisage…

…pour pouvoir vraiment prendre le temps devoir mes enfants grandir et ne plus courir après le temps.

Suspendre le temps
Rebelle suspend le temps…
Publicités

9 réflexions au sujet de « L’IEF, la solution pour prendre enfin le temps en famille ? »

    tamiabalbuzard a dit:
    27 mars 2017 à 19:21

    C’est une réflexion intéressante… Cette question nous taraude depuis que nous souhaitons avoir un enfant… Je pense que la décision sera prise en fonction de la situation au moment de son entrée à l’école, de son caractère aussi ! Bref, je pense que nous aviserons, mais c’est une alternative envisagée très sérieusement…

    Aimé par 1 personne

      Mamanoquotidien a répondu:
      27 mars 2017 à 19:44

      Tu as raison, cela devrait pouvoir être une alternative pour plus de famille mais l’IEF est peu connu et très mal considéré ! Je souhaite que vous fassiez le meilleur choix pour votre famille ;-).

      Aimé par 1 personne

    Emma June a dit:
    28 mars 2017 à 14:16

    Sur le principe je trouve ca bien l’IEF. Mais je pense que cela requiert énormément de rigueur, de patience et de pédagogie et effectivement, il n’y a pas de « coupure » entre enfants et parents (coupure qui fait parfois du bien pour l’un et l’autre).
    Pour mon cas, j’avoue que l’idée m’a effleurée mais je ne me vois absolument pas être assez pédagogue et patiente pour lui fournir une éducation (en savoirs scolaires s’entend) de manière adaptée et complète. Donc, pour l’instant il est dans une école classique et même si c’est vrai que nous nous levons tôt, nous réussissons, la plupart des jours à passer du temps ensemble (même si pour lui, ca n’est jamais suffisant!) et à nous enrichir sur le temps libre.

    J'aime

      Mamanoquotidien a répondu:
      29 mars 2017 à 07:06

      Concernant la coupure, il n’y a en certainement pas autant que dans une situation plus classique, mais on peut toujours confier un ou tous les enfants à la famille et aux amis de temps en temps. Et je pense que cela requiert plutôt de l’imagination et la confiance pour accompagner son enfant au maximum plutôt que l’amener dans un chemin déjà tout tracé. Je pense que nous manquons beaucoup de témoignages et de retour d’expériences à ce sujet et nous n’avons pas confiance en nos capacités parentales à accompagner nous-même nos enfants.

      Aimé par 1 personne

    beatricelise a dit:
    3 avril 2017 à 09:02

    Ton article me touche d’autant plus que j’ai enseigné pendant 12 ans en petite section (maintenant je suis passée aux Segpa 😉) et si j’ai adoré cette époque je dois avouer que l’école – en tous cas telle qu’elle est actuellement proposée – n’est pas la panacée, loin de là. J’ai vu tellement de cas où c’était plutôt du négatif sans tomber dans le pathos. Oui ce n’est pas naturel de réveiller un bout de chou de 2ans1/2 pour vite vite le préparer, p’tit déj’ en catastrophe (certains arrivaient même avec leur biberon à la main que la maman récupérait vite avec une sorte de culpabilité…
    Ceux qui me disent que c’est l’apprentissage de la vie , je suis moyennement convaincue…
    Et quant à plus tard (années ce, cm …etc ) je suis également convaincue que les parents qui choisissent de faire le choix de l’IEF sont tellement impliqués et motivés qu’il serait surprenant que les choses ne se passent pas au mieux.
    En tous cas, débat intéressant par lequel je découvre ton blog et même si on n’a pas les mêmes pôles d’intérêts puisque mes deux filles sont grandes désormais(21 et 28ans …wooow le coup de vieux que je viens de prendre 😱!) , je vais te suivre avec plaisir 😊
    Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

    dansmabesaceilyablog a dit:
    3 avril 2017 à 20:21

    Etant une maman en IEF je peux t’amener mon témoignage! Oui déjà en général les enfants ief sont plus serein et cela on le retrouve dans de nombreux témoignages d’animateurs lors d’atelier. Après pour ce qui est de supporter ses enfants 24/24 y’a des hauts y’a des bas c’est comme partout. Mais une chose et sur de mon point de vue la vie ief et la vie école…. je signe signe et re re re re re signe école à la maison car même si parfois c’est dure au final c’est que du bonheur et quand t’as la soupape prête à exploser tu te dis STOPPPPPPPP on va sortir aujourd’hui parce que clairement j’en ai besoin et vous aussi!
    bon courage en tout cas dans cette réflexion

    Aimé par 1 personne

      Mamanoquotidien a répondu:
      4 avril 2017 à 18:58

      Merci pour ton témoignage, c’est ce qu’il me manque encore pour avoir le déclic et ne plus être en balance ! Je pense aussi qu’il faut savoir se faire confiance, faire une pause quand nécessaire… ! Quel âge ont tes enfants ?

      Aimé par 1 personne

        dansmabesaceilyablog a dit:
        4 avril 2017 à 20:05

        TU peux éventuellement Faire Comme MOI J AI stipe L école EN pleine annee Comme ca JE ME suIs DIT JE reste 5 mois ET ON voit. MES loulous ont 3 5 8 9 ans

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s