Pendant ces vacances, mon BN a fait preuve d’un comportement particulièrement changeant et globalement très difficile.

Cette tendance commençait déjà durant le mois de mai. Sa patience très limitée frôlait le zéro et sa colère augmentait peu à peu. Pour un rien, il se mettait à hurler, tout lancer, manifester des gestes violents envers les autres et lui-même et chercher à faire mal.

Au mois de juin, cela ne m’a pas trop alerté. Tout se passait bien à l’école et tant pis s’il était un peu plus difficile à la maison. Je savais que je soufflerai le lendemain. Mais en juillet-août, j’ai été chaque jour avec les enfants et tout cela m’a sauté aux yeux (et à la gorges).

Je suis passée par beaucoup d’états. J’ai éprouvé de la colère envers mon fils et envers moi. Surtout envers moi, de ne pas savoir le gérer et l’apaiser. Et puis je me suis sentie impuissante.

Pourtant très souvent il était posé. Nous pouvions alors jouer à un jeu de société ou de cartes. Mais il suffisait d’un grain de sable pour que la machine s’enraye. Qu’il perde, par exemple.

Qu’on lui demande d’écrire une carte postale.

Qu’on lui annonce qu’il est l’heure d’aller au lit.

Qu’une de ses sœurs chantonne un air qui l’agace.

Que Rebelle s’installe près de lui en voiture.

Dans ces conditions pourtant anodines, sa colère explose sans avertissement et nous prend de cours. Enfin nous prenait parce qu’à présent je marche sur des oeufs. Chaque sortie, chaque instant passé avec lui peut basculer subitement.

J’ai essayé beaucoup de méthodes pour changer la tendance, notamment parler avec lui, mais il n’y a pas eu d’amélioration.

Et pourtant, dans ces instants où il est serein, je sais ce que je dois faire : L’aimer encore plus fort, parce qu’il est un petit garçon très angoissé qui doit s’apaiser, parce que je sais qu’il doit apprendre à apprivoiser ces traits de caractère pour en faire une force et non une faiblesse.

Cette année nous avons fait un choix de vie qui, s’il peut sembler très difficile à mon entourage, est un encouragement pour moi. Cette année, les enfants n’iront pas à l’école et que BN aura plus de temps de faire les choses à son rythme. Il pourra approfondir des sujets et des activités qui l’apaise et ne subira pas la mauvaise influence de certains camarades.

Alors attendant que les choses rentrent dans l’ordre, je multiplie les câlins et les mots doux murmuré à l’oreille. Il est beau, il sait être doux et a le cœur tendre. Je l’aime si fort!

Mon joueur de billard
Mon joueur de billard
BN ❤
BN
Publicités

7 commentaires sur « Et l’aimer encore plus fort »

  1. Ah ça y est vous vous lancez dans l’école à la maison? J’admire! J’en parlais justement aujourd’hui… mais je sais que je n’aurai pas l’énergie de le faire! Je t’admire d’autant plus 💕 Tu es une super maman et tes réactions remplies d’amour vont certainement pouvoir apaiser ton BN. C’est pas facile à gérer les petits grands stressés 😊 Bon courage ma belle 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait Danielle, je suis sûre que ça joue. BN est un grand angoissé et gère très mal chaque nouveauté. A moi de le rassurer dans les prochaines semaines pour qu’il s’épanouisse !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s