Cette année, notre rentrée a été particulière puisque mes filles sont retournés à l’école tandis que BN a choisi de rester scolariser à la maison. Alors comment se passe se nouveau rythme que j’appréhendais tant ?

La fatigue !

Sans surprise, il en ressort beaucoup de fatigue. Cette année j’ai du me réhabituer à tout ce que j’avais mis de côté avec grand plaisir : les difficultés à lever les enfants le matin (il est 7h10… 7h20… 7h30, on va être à la bourrrrre !), la course du matin, dépêchez-vous !, le coup de stress à chaque fois et enfin la délivrance lorsqu’on sort de la maison. Et puis le soir, on recommence tout. On rentre, pas le temps d’aller au parc, il faut faire les devoirs (pour l’instant, Rebelle les fait avec plaisir… pourvu que ça dure !) (BN avait émis le souhait de la faire travailler lui-même… ça aura duré une semaine. Quand même !) et enchaîner sur les bains, puis le repas. Pas le temps de jouer, pas le temps, pas le temps ! Et retrouver la fatigue intense du soir : Avant, c’était Rebelle qui s’endormait sur le canapé avant le dîner. Désormais c’est Babyrose.

Et je me sens tellement démunie face à cette fatigue intense, d’autant qu’elle fait écho à ma propre fatigue (puisque Marshmallow nous a fait la surprise de dormir très très mal la nuit dès le premier jour de rentrée !) (mais je l’aime quand même 😍) (et je l’aimerai encore plus fort quand elle dormira à son tour 😌.)

Toute cette fatigue me rend plus impatiente, plus irritable et je retombe dans les travers que j’avais essayé de gommer en faisant l’IEF avec les enfants.

Moins de sorties

Et oui, le soir je suis tenue d’être chez moi aux environs de 16h15 pour aller chercher les filles à l’école. Et souvent, Marshmallow fait une grande sieste (réparatrice) en début d’après-midi. Ma fenêtre de sortie avec BN est donc bien mince.

J’essaye malgré tout de mettre en place quelques rituels pour qu’il ne se morfonde pas toute la journée à la maison car ce n’est clairement pas le but du homeschooling, c’est même tout l’inverse.

Sortir le matin ? Nous évitons parce que nous faisons du formel mais parfois j’inscris mon fils à des activités avec d’autres enfants en IEF. Le mercredi, nous passons une partie de la journée dehors puisque mes aînés enchaînent leurs activités extrascolaires, le théâtre pour l’un et la gymnastique pour l’autre. Nous n’avons pas le temps de rentrer à la maison, c’est donc une journée de pique-nique et de plein air pour les enfants. Le vendredi après-midi, BN va souvent jouer avec un petit voisin. Nous faisons également quelques sorties proches avec des amis : bibliothèque ou ludothèque.

Parfois, Roméo peut aller chercher les filles à l’école. Dans ce cas, je rejoins d’autres familles non-sco avec BN et Marshmallow, soit lors d’un pique-nique (et tant pis pour la sieste de ma toute petite fille mais elle est alors fatiguée), soit dans l’après-midi après sa sieste.

Notre rythme n’est pas fixe et encore difficile. J’espère que ma propre fatigue va s’atténuer pour que je trouve l’énergie de faire mieux et de faire plus pour mon fils.

Et le positif dans tout ca ?

Parce que oui, il y’a quand même du positif, le fait d’être seule à la maison avec lui me permet de mieux faire travailler BN. Notre emploi du temps fonctionne plutôt bien pour l’instant et il le suit avec plus de facilités que l’an dernier.

Il est également plus calme à la maison puisqu’il n’a personne pour le déranger. Il lit énormément, cela le canalise.

Lorsque nous sortons, la sortie est adaptée à lui, rien que pour lui, il ne partage pas avec ses sœurs. Ce temps lui permet également de se rapprocher beaucoup de Marshmallow. Ils ont développé tous les deux une complicité très touchante.

Quand à moi, j’ai aussi plus de temps pour partager des jeux de société avec lui.

Le bilan ?

Je suis convaincue d’une chose: ce nouveau rythme ne nous convient pas !

Rebelle est épanouie à l’école et Babyrose y va plutôt volontiers mais ça s’arrête là. J’entends déjà des choses qui ne me plaisent pas sur la cour de récréation ou les comportements de certains camarades.

D’une façon générale, nous manquons de temps en famille, de temps pour sortir, flâner, prendre le temps de vivre. Nous sommes heureux de nous retrouver le soir, c’est vrai, et les enfants ont beaucoup de choses à raconter et partager. Mais le temps nous manque, encore une fois, pour discuter posément et apprécier pleinement ces conversations.

Babyrose parle déjà de ne pas retourner à l’école l’an prochaine tandis que BN hésite. Quand à moi, même si la prochaine rentrée est encore loin, je m’interroge déjà :

Suis-je prête à continuer sur ces deux tableaux ? Est-on vraiment gagnant à vivre ainsi ?

Une amie m’a dit récemment qu’au même titre que des parents qui mettent des enfants à l’école sans leur demander leur avis (et même si ça ne leur convient pas), elle trouverait ça logique que je décide de déscolariser à nouveau tous mes enfants sans leur donner le choix, même si cela risque de décevoir Rebelle. Cela me fait réfléchir…

Il faut en effet que ce rythme me convienne également si je veux qu’il en ressorte du positif pour toute la famille.

Alors oui, je sais, cela fait un mois que nous avons commencé, c’est peu. D’ici l’an prochain, les choses peuvent évoluer, se tasser, se rythmer. Alors je me contente d’observer et j’attends de voir comment les mois suivants vont se passer.

Et chez toi, quel a été le bilan de ce premier mois de rentrée/non rentrée ?

Babyrose, Rebelle et BN
Babyrose, Rebelle et BN

4 commentaires sur « Un mois après, le bilan de notre rentrée simultanée en homeschooling et à l’école. »

  1. Ici, le rythme se prend doucement. Nous faisons du formel le matin. Et quel que soit le planning de la journée les enfants ont quelques matières à travailler obligatoirement (anglais et lecture, cela ne prendre pas plus de 30 minutes donc on arrive toujours à les caser même dans une journée de sortie).
    Mais le nombre de sorties commence à augmenter, entamant dangereusement sur notre programme !

    Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas évident de trouver un équilibre, d’autant que le rythme change continuellement en fonction des opportunités, de notre énergie, du temps qu’il fait… ! De notre côté, nous devrions pouvoir augmenter un peu le temps de nos sorties dans les semaines à venir, j’espère !

      J'aime

  2. Oui c’est encore le début, laissez vous encore quelques semaines pour voir si tu t’habitues à ce nouveau rythme et refaire un point… Et puis vous verrez, rares sont les choix définitifs dans la vie 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s