Lundi dernier, dans le cadre de l’Instruction En Famille (IEF) , BN a été inspecté. Pour être exacte je devrais dire que nous avons été inspecté car les parents sont directement concernés.

L’an dernier, en juin 2018, une inspectrice et une conseillère pédagogique était venues à domicile. Nous étions tous installés autour de notre table de salle à manger. Pendant que la conseillère pédagogique soumettait quelques exercices écrits et oraux à BN, nous échangions avec l’inspectrice, mon mari et moi, sur notre mode de fonctionnement.

Tout le détail de notre inspection l’an dernier est par ici.

Cette année, même acteurs mais changement de décor : nous avons été reçus à l’Académie directement. J’imagine que cela permet aux inspecteurs de rentabiliser leur temps en recevant plusieurs familles à la suite.

Arrivés 10 minutes en avance avec mon mari, BN et Marshmallow, nous avons patienté dans le couloir en regardant les livres mis à disposition, tandis qu’une secrétaire et un autre employé devisaient à voix basse sur ces familles qui « enlèvent les gosses de l’école » !

Finalement la famille qui était évaluée avant nous est sortie. Comme nous nous connaissons, nous avons échangé quelques mots, la maman m’a raconté en bref ce qui s’était passée et puis nous a souhaité bonne chance.

Ensuite, la conseillère pédagogique est venue chercher BN pour l’emmener dans un bureau. Elle a tout de suite compris l’angoisse de BN et a proposé à mon mari de les accompagner. Marshmallow était avec eux. De mon côté, j’étais soulagée de les savoir ensemble et plus détendue pour aborder mon entretien avec l’inspectrice. Comme l’an dernier, elle a commencé par me poser quelques questions sur notre mode de fonctionnement.

J’ai évoqué les activités extra-scolaires de BN, le handball et le théâtre.

Elle m’a interrogé sur notre temps de travail. J’ai parlé des 2 heures (à peu près) qu’il passe par jour devant un cahier, une ardoise, un tableau, une tablette (pour certaines leçons), un livre… par jour. Là elle a tiqué. Pour elle, ce n’est clairement pas assez. Je ne me suis pas laissé démonter. 2 heures (à peu près 😇), c’est pour la partie formelle. Dans la journée, nous regardons des reportages, nous échangeons sur ses lectures, ce qui nous fait souvent dériver sur de l’histoire, de la géographie, de la découverte du monde, etc. Cela n’inclue pas non plus nos sorties, dehors, à la bibliothèque, la ludothèque, les musées… Cela n’inclue pas nos activités jeux de société, dessins et tous ces petits plus qui remplissent une journée.

Elle n’a pas insisté.

J’ai présenté une partie de notre matériel formel qui permet d’avoir une trace écrite de nos avancées par rapport au système scolaire. Ce n’est pas la partie que je préfère mais auprès des inspecteurs, cela passe mieux. Elle a feuilleté les supports, notamment les « Petits devoirs » de Librairie des Ecoles, ceux que BN apprécie le plus.

J’ai surtout mis en valeur le petit journal dans lequel je consigne toutes les principales sorties et activités que nous faisons, tout ce qui sort du cadre formel. Elle m’a dit « C’est bien mais (ah ce besoin d’avoir le dernier mot !) maintenant il faudrait que ça soit votre fils qui rédige les articles !« . Lui qui aime tant écrire (joke !), ça va être une partie de plaisir, je le sens…

Finalement elle a orienté la conversation vers les applications des connaissances au quotidien et m’a donné moultes conseils, des plus pertinents aux presque surréalistes.

Par exemple, figurez-vous que du haut de ses 8 ans, et sous prétexte d’appliquer des mathématiques (calculs, surfaces, etc.) BN devrait mener à bien un projet de rénovation d’une pièce de notre appartement sur le site d’un magasin d’ameublement. Il devrait calculer la surface de notre cuisine (toujours par exemple), ôter la taille des fenêtres, choisir des meubles de cuisine neuf sur le site du magasin, les mettre dans le panier en respectant un budget ainsi qu’un délai, puis finaliser notre « nouvelle » cuisine sur le logiciel de simulation. Rien de moins ! Le font-il à l’école ?

En revanche d’autres conseils étaient avisés comme : apprendre à écrire correctement sur un ordinateur, nous qui utilisons régulièrement l’informatique ; favoriser un échange de mails entre mon fils et ses grands-parents afin d’aider BN à être efficace et bien compris dans ses écrits…

A la fin de notre entretien, la conseillère pédagogique, BN, mon mari et Marshmallow nous ont rejoint. De leur côté les choses s’étaient bien passé. Mon fils a assuré sur les maths et les questions de français. Il a impressionné la conseillère par sa rapidité de lecture. Son point faible reste toujours l’écriture. Les deux femmes étaient globalement très satisfaites de ce bilan et n’ont pas manqué de féliciter BN.

Mon bilan

Dès le début, j’étais déroutée par le fait que l’entretien ait lieu à l’Académie même. Quelle facteur de stress pour un enfant de 8 ans et qu’elle inégalité vis à vis des enfants scolarisés qui ne sont jamais soumis à une telle pression !

Cependant la conseillère pédagogique a été très humaine et douce avec mon fils, tandis que l’inspectrice, bien que très à cheval sur certains principe, était relativement ouverte au dialogue. De mon côté j’ai été à l’écoute également, triant mentalement les conseils que je souhaitais garder et les autres.

Comme après l’évaluation de l’an dernier, nous avons eu quelques jours de relâche et puis voilà, je bouillonne de nouveau d’envies et d’idées. J’ai envie de remanier certaines choses dans notre planning et notre façon de faire pour sortir de notre routine. J’ai encore un peu plus de recul pour voir les points à renforcer, améliorer, et d’autres à aborder différemment.

J’ai notamment repris l’étude de la pédagogie Charlotte Mason que j’avais effleuré l’an dernier (Merci Maéva de m’avoir remis le pied à l’étrier avec ton article !) pour essayer de l’appliquer un peu plus à nos apprentissage et reprendre certains points que j’avais précédemment testé.

Et mon fils ? Il est très soulagé que l’inspection se soit bien passée. L’après lui redonne toujours un second souffle, une nouvelle confiance en lui !

Publicités

4 commentaires sur « IEF : Notre inspection académique 2019 »

  1. Ca a du être un moment très stressant pour ton fils et toi. C’est le premier témoignage que je lis d’un entretien réalisé directement à l’académie ! J’imagine l’inquiétude que ça a pu susciter ! Heureusement, tout s’est bien passé et c’est là l’essentiel 🙂
    A bientôt,
    Charlotte.

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’avais également jamais entendu parler des entretiens mené directement à l’académie avant que cela devienne notre cas ! Mon fils était très angoissé, moi je l’étais surtout… pour lui ! Oui pour nous tout s’est bien passé, heureusement, mais cela reste très difficile pour les familles qui pratiquent le unschooling. Merci pour ton message !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s