J’aurais pu intituler cet article :

A la recherche de plus d’authenticité.

Car tout part de là. Ou plutôt tout abouti à cette cela.

Il y’a quelques années, comme beaucoup d’autres, j’ai ouvert un compte sur le réseau social Instagram. Depuis longtemps j’aime les belles photos et les belles images. Naturellement, ce réseau social me tendait les bras. Il me donnait accès à une vitrine et une plus grande visibilité pour mon blog. Et surtout il me permettait d’accéder facilement à des jolis comptes, colorés, inspirants, regorgeant de ressources et d’idées.

Cela tombait bien puisque je pratique l’IEF avec mon fils aîné et, parfois, j’ai besoin d’un peu d’inspiration pour relancer ses apprentissages. Je suivais donc beaucoup de familles pratiquant le homeschooling, des mamans qui semblaient avoir une énergie et une imagination sans limite !

Je suivais également beaucoup de familles nomades, familles nombreuses, des photographes et d’autres comptes dont l’esthétique ou le message me plaisait. Je prenais du plaisir à rêver devant ces vies riches et différentes, devant leurs si jolies photos.

Sans m’en rendre compte je passais de plus en plus de temps sur Instagram.

Jusqu’au jour où cela à commencer à me peser…

Cette sensation de saturation ne me lâchait plus et je recevais quelques témoignages dans ce sens qui me faisait réfléchir.

Pourquoi je passais autant de temps sur Instagram ?

Qu’est-ce que cela m’apportait réellement ?

Quelques amis autour de moi ont quitté ce réseau. La dernière à l’avoir fait m’a convaincu de suivre le mouvement.

J’ai commencé par une semaine de « désintox », pour voir. Une partie de moi se faisait violence pour lâcher prise, ce qui m’indiquait à quel point ce réseau social était devenu une addiction pour moi. J’ai désinstallé l’application de mon téléphone.

Les jours suivants, j’y ai pensé régulièrement mais je n’y suis pas allée. J’ai fais une exception à la règle lorsque, sur Facebook (un autre réseau social sur lequel je sous-marine plutôt qu’autre chose), j’ai appris une triste nouvelle sur le compte d’une association que je suis. Sachant que le compte Instagram était très actif, je me suis connectée depuis mon ordinateur, juste pour voir.

Là, j’ai vu que j’avais des messages. J’ai eu très envie de les regarder… mais je me suis abstenue.

Au bout d’une longue semaine, ma décision était prise : Je ne retournerais plus sur Instagram. Je m’y suis connectée encore une fois pour dire « Au revoir », parce que j’avais promis de ne pas partir comme une voleuse. Et j’y retournerai encore prochainement pour poster le lien vers cet article. Un dernier adieu.

Aujourd’hui je peux expliquer plus en détails les raisons qui m’ont poussé à quitter ce réseau.

1. Parce c’est chronophage !

Les mois passant, je passais de plus en plus de temps sur Instagram sans même m’en rendre compte. Je m’appliquais à regarder tous les comptes qui me tenaient à cœur (des centaines !), je les likais (parce que j’aimais être likée en retour), je visionnais les stories qui parfois durent longtemps et débouchent sur d’autres, et de nouveaux comptes.

Pendant ce temps, j’avais mon téléphone vissé à la main et je décrochais totalement de ce qui se passait autour de moi.

Mes enfants me parlaient ? Je les entendais à peine ! « 2 minutes, je t’écoute après… » (et les deux minutes devenaient des dizaines.)

Je m’asseyais sur le canapé parce que j’avais un instant de libre ? J’attrapais mon téléphone et cliquais sur l’icone d’Instagram.

Je ne lisais plus du tout. Je suis maman au foyer et pourtant je n’avais plus du tout de temps pour moi… ni pour mes enfants !

2. Parce que je vivais par procuration la vie des autres !

J’avais moins de temps pour mes enfants, mais plus de temps pour les autres. Je suivais leur vie, avec intérêt, envie parfois, curiosité, crédulité… Je vivais par procuration la vie de beaucoup de personnes… qui ne savent pas que j’existe !

3. Parce que je n’étais plus authentique.

Du coup, où était l’authenticité dans ma vie ? Qu’est-ce que j’apportais à mes propres enfants ?

Je leur demande de limiter les écrans mais j’étais constamment le nez sur le mien.

Dès qu’on faisait une activité ou une sortie ensemble, je dégainais mon téléphone en réfléchissant à la meilleure photo que je pourrais faire « pour Instagram ».

Quel était le message pour mes enfants ? Que je partageais avec eux des moments où un réseau social s’immisçait entre nous ? Que nos moments à nous ne pouvaient plus être totalement privés ?

Et à les photographier sans cesse, ne devenaient-ils pas narcissiques ?

4. Parce que je devenais narcissique et égocentrée.

Oui, ils pourraient devenir narcissiques en pensant que tout ce qu’ils font est passionnant.

Quand à moi, et même si je n’étais pas tellement dans cette course aux likes, au fond j’aimais quand quelqu’un complimentait mes enfants (ou moi-même). C’est toujours agréable en effet. Mais cela peut devenir destructeur à grande échelle.

Je partageais des photos avec des gens que je ne connais pas. Donc, je ne donnais pas de nouvelles à mes proches, non. Je cherchais sûrement une reconnaissance. Un partage, peut-il rester vraiment neutre et désintéressé ?

J’ai essayé, jusqu’au bout, parce que je n’aime pas me mettre en avant (et d’ailleurs je montrais peu le visage de mes enfants). Malgré tout, une part de moi recherchait ces fameux compliments et j’étais parfois frustrée lorsqu’une photo était très peu aimée.

5. Parce que j’étais saturée d’informations et d’idées !

Ce qui m’avait plu sur ce réseau dès le début, à savoir une multitude d’idées et d’informations, a fini par devenir trop !

Trop d’informations, trop d’idées à ne plus savoir qu’en faire. Difficile de faire un tri dans toutes ces sollicitations. Je ne cherchais plus ce dont j’avais besoin puisque les idées venaient à moi. Et les tentations aussi !

Pour quelqu’un qui essaye d’avoir une vie minimaliste, c’est compliqué.

J’en venais à désirer des livres, parce qu’ils étaient partagés par des dizaines d’Instagrameurs. J’en venais à aimer des jeux pour enfants et les acheter parce que je les voyais partout. Bref, je perdais un peu de mon libre-arbitre. J’en perdais même ma capacité de raisonnement.

Finalement, en faisant l’IEF, c’est un peu ça que je recherche : aller à l’information dont on a besoin, au lieu d’attendre qu’elle vienne à nous, en trop grande quantité, sous la mauvaise forme ou au mauvais moment.

Au revoir Instagram

J’ai aimé passionnément de réseau social, il m’a fait rencontrer quelques très belles personnes qui me manqueront sincèrement. A présent je vais me concentrer sur les très belles personnes qui sont dans ma vie réelle de tous les jours, sur mes enfants qui ont besoin de moi à 100%.

Merci à ceux qui m’ont suivi, qui m’ont soutenu !

A bientôt (je repasserais peut-être à l’occasion, mais j’espère dans d’autre conditions).

6 commentaires sur « Pourquoi j’ai quitté Instagram »

  1. Comme je comprends tes raisons ! (dis la fille qui ne souhaite pas quitter instagram ! lol )
    Instagram me prend de plus en plus de temps et m’apporte de moins en moins. J’aime ce réseau. Mais j’ai décidé de l’aborder différemment. Je suis en train de faire un très gros tri dans les comptes que je suis. Je préfère m’abonner à très peu de comptes mais vraiment intéragir avec les personnes. Et puis j’accorde plus de temps à mon blog aussi et à la lecture des autres blogs. Cela me semble plus enrichissant de lire 3 ou 4 articles détaillés par jours plutôt que 100 postes creux.
    Et avec les enfants constamment à la maison, je choisis mieux mes plages horaires !

    A très bientôt sur nos blogs alors !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est aussi ce que je compte faire : reprendre le temps de suivre les blogs que j’aime parce que je n’avais plus ce temps ! Donc OUI, je passerai plus souvent sur ton blog et je continue à t’y suivre avec grand plaisir !!

      J'aime

  2. Merci pour cet article ! Il amène aussi tes lecteurs à réfléchir à leur consommation de ce réseau social ! J’en deviens de plus en plus accro mais pour l’instant je ne pense pas à le quitter. Il faudrait que je limite par contre son utilisation et les comptes que je suis mais j’aime trop découvrir de nouvelles idées d’activités ou d’autres informations. J’ai aussi fait de très belles rencontres qui m’apportent beaucoup de soutien dans ma vie de maman ! Mais comme toi j’apporte de plus en plus d’attention à mon blog et à lire ceux des autres et j’espère diminuer le nombre de clics sur Instagram, au moins lors des moments où je pourrais profiter de temps de qualité avec ma fille et mon conjoint !

    Aimé par 1 personne

  3. J’en suis arrivée là aussi, à cette conclusion. Et je vis très bien sans.A près une période de sevrage qui n’a pas été simple, il faut l’avouer, aujourd’hui je m’en passe sans souci. Bien sûr j’ai perdu des contacts mais je me reconnecte aux personnes qui comptent.
    A trop vivre sur les écrans, on se déconnecte de notre réalité et de ce qui est essentiel.
    Après certains arrivent à trouver un équilibre qui leur convient.
    Merci pour cet article.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s